Siptrex.net » Bien-être » Gemmothérapie : en savoir plus !

Gemmothérapie : en savoir plus !

Si l’on devait donner une définition à cette époque, c’est bien celle de l’évolution technologique. Depuis ces dernières années, les chercheurs n’ont cessé de mettre sur le marché de nouvelles technologies, et ce, dans n’importe quel domaine. Si la plupart des gens ne constatent ceci que sur des outils ou matériels qu’ils utilisent dans le quotidien, les découvertes biologiques se font ressentir dans le milieu sanitaire. En effet, la thérapie dite naturelle fait de plus en plus ses preuves. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous allons évoquer aujourd’hui la gemmothérapie.

La gemmothérapie, d’où sa vient ?

Elle vient de deux mots : gemma et thérapie. Le second mot est plutôt explicite en soi. Il désigne bien évidemment le fait de soigner. Gemma est un nom latin qui évoque les pierres précieuses. Le fait est que les bourgeons ressemblaient étroitement à ma forme de ces pierres. C’est la raison pour laquelle le Dr Max Tetau a nommé ce corps de métier de la médecine ainsi. Les vrais précurseurs étant les travaux de Dr Niehans et les recherches de Dr Pol Henry.

Cette pratique va être plus approfondie suite aux recherches biologiques effectuées par le Dr Julian et le Dr Flament. La gemmothérapie est donc une branche de la phytothérapie. Ou plus exactement, elle est un aspect amélioré de la phytothérapie qui utilise les bourgeons végétaux et les jeunes pousses. Comme nous le savons, depuis toujours les plantes (racines, tiges, feuilles, etc.) se trouvent être la base des soins de l’être humain. Avec le temps, la phytothérapie traditionnelle montre des limites notamment au niveau du dosage.

Comment fonctionne la thérapie par les bourgeons ?

Administré en solution buvable, le but de la gemmothérapie est de drainer au maximum l’organisme afin de le régulariser. Ceci s’obtient grâce aux spécificités régénératives des tissus végétaux embryonnaires. L’on dénombre actuellement pas moins de trente-trois bourgeons utilisés en gemmothérapie dont :

  • Le citronnier
  • Le figuier
  • Le framboisier
  • Le tamarin
  • Le cassis
  • La vigne
  • Le pin sylvestre
  • Le lilas
  • Et d’autres

La préparation d’un extrait gemmothérapeutique se fait en quatre étapes pour obtenir un macerat. Premièrement, il faut macérer durant trois semaines les bourgeons frais dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine. Les actives du tissu se libèrent durant ce temps-là. Ensuite, on le filtre. Certains chercheurs s’arrêtent à ce stade et ont un macérat concentré. La troisième étape consiste à diluer le mélange dix fois de suite.

Et enfin, on dynamise homéopathiquement le liquide pour être utilisé en thérapie. Ce macérat dit D1 a une plus forte teneur en alcool. Les doses d’administration ne sont donc pas pareilles. Les gouttes à prendre pour un macérat concentré représente un dixième de celles du D1.

Et les autres articles: